Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

UFR des SCIENCES de SANTÉ / MÉDECINE

Accueil > FORMATION INITIALE > Les études de médecine

Le cursus de A à Z

picto_pacesAprès l'obtention du baccalauréat, la Première Année Commune des Etudes de Santé donne accès, via 5 concours (dont le nombre de places est déterminé par un numerus clausus fixé annuellement par le Ministère de la Santé) aux formations de Médecine, Pharmacie, Masso-Kinésithérapie, Ergothérapie, Psychomotricité, Odontologie et Maïeutique (Sages-Femmes).

 

L'expérience prouve que les études de Médecine sont relativement difficiles et qu'une très forte motivation et assiduité sont nécessaires à leur réussite. A titre indicatif, nous conseillons plutôt le cursus médical aux bacheliers ayant obtenu une très bonne moyenne générale tout au long de la 1ère, de la Terminale ainsi qu'au Baccalauréat. On constate généralement que les bacheliers issus de filières scientifiques ont plus de facilités.

Il est obligatoire de ne pas avoir de contre-indication à la vaccination contre l'hépatite B.
Le passage obligatoire par les TP d'Anatomie est également décisif pour savoir si l'on peut poursuivre des études médicales.

Il faut compter 15 à 10 heures de travail journalier régulier (cours à la Fac inclus) et ne pas espérer réussir uniquement en se basant sur l'apprentissage "par coeur".
On évalue le besoin d'apprentissage personnel à 5 à 7 heures par heure enseignée.
Le changement avec la façon dont on apprend les choses au lycée est assez important, notamment parce que les cours ne sont pas dictés (l'enseignant ne donne aucune directive, c'est à l'étudiant de savoir comment prendre ses notes de cours). Les étudiants sont très nombreux et se répartissent dans plusieurs amphis où ils voient et entendent le cours en vidéotranmission (à tour de rôle durant l'année, ils assistent en direct à un cours dans la salle où se trouve l'enseignant).

La concurrence entre les étudiants est très rude et il faut bien être conscient que la solidarité entre étudiants est très relative parce que le nombre de places est limité et que les redoublants n'ont plus qu'une seule chance de pouvoir poursuivre des études médicales.

A Dijon, étudiants et enseignants proposent un tutorat gratuit très performant et surtout fiable qui permet de participer régulièrement à des "colles" et des examens blancs "en conditions réelles" afin de se préparer aux concours des différentes filières.

 

picto_pc2Après la réussite au concours, la 2e année du 1er Cycle est centrée sur la "sémiologie" et a pour rôle d'apprendre au futur médecin à observer, identifier, collecter et synthétiser (pour former le diagnostic) les signes de trouble ou de lésion qu'il observe de lui-même chez le patient ainsi que les signes qui sont décrits par ce dernier (symptômes). Cette 2e année comporte un stage de soins infirmiers obligatoire de 4 semaines à temps plein. A Dijon, figure également au programme une initiation à l'Anglais Médical qui devient un approfondissement au cours des années suivantes.

 

picto_pc3La 3e année(1ère année du 2e Cycle) a pour objectif de faire le lien entre les sciences fondamentales apprises au cours du 1er cycle et de nouvelles sciences liées à la maladie (pathologie).
En plus de ces nouvelles sciences, le futur médecin apprend à interroger le patient et à l'examiner en étant à mi-temps en cours à la fac et en stage à l'hôpital.
Cette année de transition est également la plus appropriée pour effectuer un stage à l'étranger.

 

Ces 2 années évoluent actuellement pour aboutir à un enseignement par organe et non plus par discipline spécialisée, ce qui permet d'avoir une continuité pédagogique très logique (exemple : tube digestif -> anatomie, physiologie, biochimie, imagerie, etc.)

 

picto MM1picto_dcem3En 4e et 5e année, le futur médecin alterne des séquences à temps plein de 6 semaines et 1/2 de cours à la fac et de stages hospitaliers.
A l'hôpital, sous la responsabilité d'un senior ou d'un interne, il met en pratique la sémiologie en faisant le lien avec son apprentissage des sciences liées à la pathologie.
Même s'il n'a pas encore le droit de procéder à des actes thérapeutiques ou de prescription, il engage sa responsabilité juridique civile vis à vis des patients.
L'étudiant commence également à réaliser des gardes (il devra en avoir effectué 36 à la fin de la 6e année)
A Dijon, les examens se pratiquent de plus en plus en contrôle continu afin d'aider les étudiants à travailler de manière plus régulière et de mieux les préparer à affronter les Epreuves Classantes Nationales.

 

picto_dcem4En 6e année, les stages ne se déroulent plus qu'à mi-temps pour permettre aux étudiants de se concentrer sur la préparation des Epreuves Classantes Nationales (concours national organisé par régions) qui ont lieu à l'issue des examens de 6e année.
Il n'est pas possible de se présenter aux ECN si on a pas réussi ces examens ni validé les 36 gardes, tous les stages et séminaires obligatoires.
La fin du 2e Cycle est marquée par la délivrance d'un diplôme de fin de cycle et par les ECN.
En fonction de leur rang de classement aux ECN, les étudiants choisissent la spécialité médicale (y compris la Médecine Générale) et la ville où ils effectueront leur internat.

 

picto_tcemIls entament alors le 3e Cycle en préparant un Diplôme d'Etudes Spécialisées pendant 3 à 5 ans.
Ils complèteront éventuellement leur formation par l'obtention d'un Diplôme d'Etudes Spécialisées Complémentaires se préparant en 2 ou 3 ans.

L'obtention d'un DESC est obligatoire pour l'exercice de certaines spécialités (chirurgie, gériatrie, etc.) et optionnelle pour d'autres (elle correspond alors à un simple souhait de compléter sa formation).

 

logo_ordre_medecinsA l'issue de l'Internat, les étudiants soutiennent une thèse d'exercice en vue d'obtenir le diplôme d'Etat de Docteur en Médecine qui leur donnera le droit de s'inscrire auprès du Conseil de l'Ordre des Médecins.
L'exercice de la Médecine peut alors avoir lieu dans le secteur privé (exercice salarié ou libéral), dans le secteur public (exercice salarié ou mixte salarié-libéral) ou dans des institutions (médecine scolaire, du travail, santé publique, etc.)

L'exercice dans le secteur public peut s'accompagner d'activités de Recherche et d'Enseignement au sein des Facultés de Médecine et des Centres Hospitaliers Universitaires.

La progression dans les activités de Recherche et d'Enseignement passe par la publication d'articles scientifiques dans des revues spécialisées internationales dotées d'un comité de lecture composé de spécialistes reconnus sur le plan international.

A titre indicatif, l'obtention du titre de Professeur en Médecine (appelé "Professeur des Universités - Praticien Hospitalier") qui représente le sommet de la carrière en matière d'Enseignement est officialisée par la promulgation d'un décret par le Président de la République et requiert un cursus total équivalant à un niveau Bac+17 à 21.

Associations étudiantes

Technologies de l'Information

l'uB Pratique / Services

Vous devez installer le lecteur FlashPlayer pour accéder à cette page !

A savoir

Pour vous aider à financer vos études, vous pouvez souscrire un

Contrat d'Engagement de Service Public

www.u-bourgogne-formation.fr

LinkFormations

Téléchargements

Université de Bourgogne